Training d’acteur avec Marion Coutarel

« Les premiers jours, nous avons commencé par une salutation au soleil ainsi que d’autres positions pour faire circuler les énergies dans le corps ; qui ont été suivies d’un petit échauffement des articulations.

Ensuite, nous sommes partis pour trente minutes de sport intensif :

  • Course alternée de pas-chassés ; pieds-fesses ; genoux levés
  • Gainage avec trois positions différentes
  • Pompes
  • Abdominaux
  • Chaise au mur
  • Etirements
  • Relaxation allongée au sol (sentir l’empreinte du corps sur le sol)

Nous avons continué avec un temps d’acrobaties durant lequel chacun a choisi un objectif (pont, porté, équilibre sur les mains…) et s’est entrainé avec un binôme à la réalisation de celui-ci. Cette partie du training était un peu plus compliquée car nous n’avions pas de matériel pour assurer notre sécurité.

Après cela, Marion nous a expliqué ce qu’est une partition individuelle :

Une sorte d’échauffement personnel composé de différents éléments utiles au travail de chacun qui s’enchainent de façon improvisée et qui peuvent évoluer avec le temps en fonction de notre état ou avec des ajouts ou retraits d’éléments.

Ces éléments peuvent être de la danse, du yoga, du sport, des étirements, du chant… etc.

Marion nous donnait des conseils pour commencer notre composition de partition. Chacun devait ensuite réfléchir à un animal sur lequel s’appuyer pour nos recherches.

J’ai alors eu comme conseil de commencer à penser que j’étais un arbre qu’il fallait que je choisisse. J’ai décidé de prendre un platane parce qu’il a un gros tronc bien enraciné et de grandes branches épaisses et hautes. J’ai aussi choisi le cerf comme animal qui, à mon sens, est majestueux et qui représente le roi de la forêt.

Au fil du temps j’ai créé une ébauche de partition composée de postures de yoga ainsi que l’exercice de la fleur qui s’enracine, se déploie et fane ; tout cela de manière très lente pour l’ancrage. J’effectue ensuite une alternance de mouvements très rapides qui s’interrompent en arrêt brusque pour repartir au ralenti, et ainsi de suite. Je termine en me déplaçant avec un corps mou dans l’espace où je suis constamment en déséquilibre jusqu’à tomber au sol.

Les séances variaient toujours un petit peu. Parfois, Marion nous faisait commencer par dix minutes de sauts sur places, dix minutes durant lesquelles nous devions réfléchir aux différents appuis que le corps prenait en sautant ainsi qu’à ses mécanismes. Puis nous devions, sans transition, rire pendant cinq minutes et pleurer pendant cinq minutes ; toujours en cherchant les différents mécanismes du corps pour chacune de ces actions. Et nous finissions par du gainage, des pompes, des abdominaux…

 

Enfin, Marion nous a fait travailler sur « l’alphabet » de Grotowski qui est un ensemble d’actions de base qui sert à explorer les possibilités de chacune d’entre elles et d’explorer notre imagination. Il est composé de :

  • La cloche : tirer trois fois la corde puis s’asseoir et remonter.
  • Le lézard : au sol, soulever le haut du corps et regarder partout puis se rallonger.
  • Le papillon : se déplacer de manière très légère, gracieuse, en regardant partout, s’asseoir, se relever…
  • Les bulles : assis les jambes et les bras décollés du sol, faire rebondir les bulles sur différentes parties du corps.
  • La corde : debout, imaginer qu’une corde traverse notre bassin et tirer d’un côté et de l’autre pour faire bouger le bassin de droite à gauche.
  • Le mur : pousser quelque chose.
  • Le cri du Samouraï : avancer de trois pas puis réunir le coude avec le genou opposé en criant, tout cela de façon énergique.
  • Le cerf-volant : tenir un cerf-volant, tirer ou se faire emporter …

 

Toutes ces actions pouvaient être faites de différentes manières.

Plus tard, nous pouvions rajouter des voix, des bruits ou des chants. Durant les dernières séances, nous avons eu la possibilité de rajouter à cet alphabet des actions personnelles ainsi que d’explorer le minimum et le maximum d’un mouvement/d’une action dans le corps : par exemple pour le papillon en maximum, j’ai couru en faisant de grands sauts et en agrandissant les mouvements de bras, puis j’ai réduit petit à petit jusqu’à ce que mon corps reste sur place mais qu’il soit traversé des tensions des mécanismes du papillon.

J’ai adoré cet exercice et j’ai remarqué que chacune des séances étaient différentes, en fonction de l’état de chacun, nous n’explorions pas les mêmes choses ni de la même manière. L’alphabet permet d’être dans la recherche permanente et d’observer que les possibilités sont infinies !

Un dernier petit exercice a été de chanter tous en même temps en se tournant tous le dos puis en face en cercle et à tour de rôle, une personne passait au milieu et chacun devait baisser le volume de son chant pour que celui de la personne au centre soit entendu, puis la personne revenait et tous rechantaient fort, puis au bout de quelques minutes, nous avons chanté le plus fort possible pour ensuite s’arrêter net.

Tout au long du training j’ai remarqué que mon endurance en sport s’améliorait, je me donnais toujours des défis et j’étais fière de pouvoir les surmonter ! De plus, les expériences vécues ensembles ont été très fortes et enrichissantes ! Le temps nous a malheureusement manqué et nous nous sommes mis d’accord sur le fait que des heures en plus auraient été bénéfiques pour l’élaboration personnelle de chacun. En tout cas ce fût une très belle rencontre et j’espère que ce n’est qu’un au revoir ! »

 

Laurie Arnaud, Master CSV